Laboratoire de Biodiversité et de Biotechnologie


 

Bas
Retour Liste des Plantes

 Retour DALBERGIA

Nombre d’espèces de Dalbergia qui existe à Madagascar : 43 dont 42  endémiques.

Les Dalbergia de Madagascar peuvent être des lianes, des arbustes ou des arbres. Selon Bosser et Rabevohitra, 21 espèces sont originaires des forêts tropicales humides de l’Est et 22 proviennent des Forêts sèches de l’Ouest (Révision 2001).

25 espèces produisent des bois de haute qualité dont les plus important et les plus connus an ébénisterie sont :

Situation des palissandres :

Problèmes qui touchent les palissandres :

Expérience sur une espèce de Dalbergia de l’Inde D.sissoo

Micropropagation de Dalbergia sissoo :

Un  seul noeud d’un segment d’une pousse taillis à partir d’un arbre mature de 20 à 25 ans, produit 3à4 pousses par explant dans un milieu MS contenant 4,4.10-6M benzylaminopurine (BAP) et 4,4.10-7M d’acide beta-naphthoxyacetique (NOA) (milieu de multiplication des pousses) en 4 semaines. Les pousses régénérées in vitro étaient de 3-4cm de long et fournissent 2 à 3 segments de nœud cultivable qui va de nouveau produire 3-4 pousses. Suivant cette procédure, 18-24 pousses ont été obtenues à partir d’un seul segment de nœud en 60jours. 80% des pousses produisent directement 5 pousses quand elles sont dans un premier temps traité dans le milieu MS avec 10-5M d’acide indol-3-butyric (IBA) et ultérieurement transféré dans un milieu MS liquide contenant 1% de charbon suivi d’un milieu MS liquide à moitié dur sans hormones, vitamines et de charbon. Les plantes cultivées in vitro peuvent bien survivre après leur transplantation  tout en leur exposant dans des conditions d’humidité variable, graduellement de forte à faible humidité, le taux de réussite de la transplantation  est très proche de 100%.     

Nom scientifique

Description

Distribution

Habitat

Situation

Floraison

D. andapensis

Petit arbre de 8-10m

NE de M/car : à partir d’Andapa jusqu’au sud de Vohémar

Forêt dense humide de 400-500m d’altitude

En danger (rare)

Décembre

D. aurea

Arbre de petite taille

Central  Nord de M/car Marivorahona jusqu’au massif de Tsaratanana

Forêt dense humide de moyen altitude

Vulnerable

Mars

D. baronii

Arbuste ou arbre de 20 à 25 m

Est de M/car : de Sambava à Farafangana

Souvent en association avec des mangroves comme Bruguera gymnorhiza sur des sols sableux ou salé de 0 à 150 m d’altitude. très rarement dans les sols ferralitiques à altitude plus haute de 500-600 m

Vulnérable

Janvier - mars

D. bathiei

Arbuste ou arbre de 25 à 30 m

Est de M/car : de Sambava à Farafangana

Forêt humide sur des sols sableux ou ferralitiques

En danger (très rare)

Septembre –février

D. bojeri

Liane ou arbuste lianescent

Est de M/car : entre la Baie d’Antongil dans le nord et Brickaville jusqu’au Sud de Tamatave

Forêt humide de basse altitude sur sol ferralitique, dans une forêt côtière à feuille persistante sur un sol sableux

En danger (rare)

Septembre

D. brachystachya

Petite arbre

Central Est de M/car sur le Nord de la région du Sihanaka (autour du lac Alaotra)

Dans une Forêt à feuille persistante du plateaux central entre 1000 à 1500m

En danger

Septembre

D. bracteolata

Liane arboré

N, NO, O, SO, et central sud de M/car à partir de l’extrême Nord jusqu’au vallé de Mandrare dans le Sud. La majorité des collections se trouvent dans la région de Boina et à partir d’Ihosy.

Saison sèche, Sur des forêts décidues, savanes arborées ou herbacées sur sol sableux ou sur des alluvions, sur des sols basaltiques ou rocheux.

Moins de risque. Distribution très fragmentée due à la déforestation.

Octobre-decembre

D. campenonii

Arbuste à feuille persistante ou un petit arbre de 5 à 6m.

Au centre de M/car à Antananarivo (Andramasina), et aussi dans la région du lac Alaotra (Reserve Naturelle N°3, Manakambahiny Est

Forêt humide des hauts plateaux 1000 à 1200m

Vulnérable

Décembre -février

D. capuronii

Arbre de 5 à 10 m (moins de 15 m) à feuille persistante.

Centre de M/car près d’Antananarivo (Ambohimanga et Anjozorobe)

Forêt humide dans les vallées sur les plateaux centraux.

En danger (rare)

Septembre et octobre

D. chapelieri

Arbuste de 4 à 5 m à feuille persistante.

E, NE et SE de M/car à partir de la région de Maroantsetra et la baie d’Antongil jusqu’au Nord de Taolanaro dans le sud

Forêt humide, sur des sol latéritiques ou sableux, à partir de la basse au moyenne altitude ; plus de 1000m.

Vulnérable

Aout-avril.

D. chlorocarpa

Arbre décidu de 6 à 15 m (moins de 20 m)

Ouest de M/car surtout dans l’Ambongo ezt la région du Boina, à partir de Mahajanga dans le Nord vers Antsalova  (et le massif de Bemaraha) dans le Sud et aussi dans la région sud de Morondava

Forêt dense sec de l’ouest. sur des sols sableux entre 0 à 400 m

Vulnérable

Mars – juin

D. davidii

Arbre de 20 à 25m de long

Ouest de M/car dans la région du Boina dans Ankarafantsika

Forêt dense sec sur le sable à 100 m d’altitude.

En danger (très rare)

Mai

D. delphinensis

Petit arbre décidu.

Sud est de M/car uniquement autour de Taolanaro

Forêt dense humide à feuille persistante et de basse altitude, sur le sable.

En danger (rare) fragmenté

Novembre

D. emirnensis

Arbuste ou arbre de petite taille de 3 à 15m.

C, CS, S, SO et O de M/car

Vestige des Forêts à feuilles persistantes des plateaux du centre sur des sols ferralitiques (pour les variétés emirnensis) et dans une Forêt sèche et xérophytique sur des sables, et des sols limoneux et rocheuse à 0-500m (pour les variétés decaryi)

En danger

Decembre-mai

D. erubescens

Arbuste ou arbre.

CS deM/car : deux sites connues dont près d’Antambohobe (district d’Ivohibe) et au sud de Ranotsara (à travers le massif d’Ivakoany)

Vestige des forêts à feuille persistante des plateaux centraux de 1000 à 1200 m

En danger

Novembre decembre

D. glaberrima

Arbre de petite taille de 5 à 6 m.

O, NO et NE de M/car. Réduit dans Bemaraha et Ankarana/Analamerana.

Forêt sèche décidue sur des limons au dessus de 200 - 300 m

Vulnérable

Janvier fevrier

D. glaucocarpa

Arbre de petite taille de 10 à 12 m.

NO de M/car, réduit dans le marais de Sambirano autour d’Ambilobe et de Maromandia

Forêt dense sèche.

Vulnérable

Decembre

D. greveana

Arbre à taille moyenne de 4 à 15 m (plus de 3 m et moins de 20 m).

NO, O, CS deM/car, à partir d’Antsiranana dans le nord du fleuve d’onilahy et de Sakaraha dans le sud, et dans la partie nord du massif d’Isalo.

Forêt décidue, Forêt dense seche de l’ouest, peut être localisé dans des savanes arbustives dans plusieurs type de sol dont sable, gréseux, limoneux et des sols ferralitiques provenant des gneiss, à plus de 800 m

Moins de risque.

Octobre-avril

D. hildebrandtii

Arbre de 8 à 10 m (plus de 4 m).

N, NO, et O  de M/car : Nosy be et autour d’Antsiranana. la variété scorpioides pousse entre Maevatanana et Antsalova.

Forêt dense sèche sur sol sableux, rocheux, à plus de 600 m.

Vulnérable

Mars-mai

D. hirticalyx

Arbre de 20 cm de diamètre.

CO de M/car uniquement dans la région de Tsiroanomandidy à 1000 à 1200 m

Forêt à feuille persistante des hauts plateaux sur sol ferralitique.

En danger. Très exploité dans la région.

Septembre

D.humbertii

Arbre de 20m de long

N et O de M/car : massif d’Ankarana  et le massif de Bemaraha (du Marerano à Bekopaka).

Forêt dense sèche sur de sol limoneux entre 0à500m d’altitude.

Vulnérable

Octobre-decembre

D. lemurica

Arbre de 6 à 10m.

O de M/car : région de Morondava dans le sud jusqu'à Antsiranana et la Forêt de Sahafary dans le nord.

Forêt dense sèche sur sable ou limon ; 0-150 m d’altitude

Vulnérable

Février

D.louvelii

Arbre à taille moyenne de 8 à 10 m

E de M/car : de Maroantsetra à Mananara.

Forêt côtière sur sable et dans une forêt humide de basse altitude à feuillepersistante sur sol ferralitique ; plus de 700 m

En danger

Janvier-fevrier

D. madagascariensis

Arbre de 5 à 10 m (moins de 20 m)

NO, NE, E, SE de M/car : Sambirano, Nosy be, Antsiranana dans le nord, etendue vers Taolanaro dans le sud

Forêt dense humide ; sol à dérivé basaltique (y compris latéritique) et sur du sable ; à plus de 1000 m

Vulnérable

Octobre et décembre dans le Sambirano.

D. maritima

Petit arbre de 5à10m (moins de 15m)

E de M/car : d’Antalaha à Taolanaro

Forêt humide à feuille persistante ; sur sols sableux, la var.  pubescens pousse à 300 à 400m d’altitude sur des sols ferralitiques.

En danger

Decembre à février

D. mollis

Arbuste de 2 à 4 m ou arbre de 10 à 15 m (moins de 20 m)

O, CS de M/car : Firingilava et la région de Boina dans l’ouest, vers le Menabe dans le sud Antanimora et autour d’Ihosy.

Forêt dense sèche ; sol sableux, pente gréseux, sablonneux (pas sur limoneux) ; plus de 700m

Moins de risque

Aout septembre

D. monticola

Arbre de 8 à 20 m (moins de 30 m)

CE de M/car : de Fort Carnot et Fianarantsoa dans le sud, Antalaha dans le nord, Ambohitantely au centre

Forêt dense humide à feuille persistante de moyenne altitude ; sol ferralitiques ; 250 à 1600 m

Vulnérable

Octobre à novembre

D. neoperrieri

Arbre de taille moyenne de 8à25m

O de M/car : Baie de Bombetoka dans le nord vers Antsalova à Morondava dans le sud. Massif de Bemaraha, Forêt de Zombitsy (Sakaraha).

Forêt dense sèche ; sol limoneux et sable ; 0 à 600 m

Vulnérable

Décembre mai

D. noramndii

Arbre de 15 m

Est de M/car : Autour d’Antalaha et Sainte Marie.

Forêt humide à feuille persistante ; sur sable

En danger (très rare)

Novembre decembre (fructification mars et mai)

D. orientalis

Arbre à feuille persistante de taille moyenne.

E et SE de M/car : Soanierana Ivongo dans le nord à Taolanaro dans le sud, la plupart sont originaire de Fort Carnot

Forêt dense humide ; sur sol ferralitique ; 100 à 1200m

Vulnérable

Octobre et janvier

D. peltieri

Arbuste ou petit arbre de taille de 10m

O de M/car : d’Analalava au nord à Morondava au sud, beaucoup dans la région de Mahajanga

Forêt dense sèche décidue et sur savane boisée ; sur sols sableux ou argileux ; 0 à 500 m

Moins de risque

Mars juin

D. pervillei

Arbuste de 3 à 4 m ou arbre de 8 à 10m (moins de 15 m)

O, SO, et CS de M/car : d’Antsiranana dans le nord au vallé du fleuve de Mandrare dans le sud, et dans la région d’Ihosy pour le centre

Forêt dense seche, savane boisée, sur sol sableux, limoneux ou gréseux ou sur des sols ferralitiques dérivé des gneiss et de migmatites ; couramment à 50 à 300m mais peut être aussi dans 900 à 1000 m

Moins de risque

Juin decembre

D. pseudobaronii

Arbre de 10 à 20 m (plus de 6 m et moins de 25 m)

N de M/car : Montagne d’Ambre jusqu’au Sambirano, massif de Manongarivo, et le bassin d’Ankaizina dans le sud

Forêt humide à feuille persistante du NO de M/car

Vulnérable

Octobre novembre

D. purpurascens

Arbre de 15 à  25 m.

NO, O, SO, et CS de M/car : d’Antsiranana, massif d’Ankarana, Sambirano dans le nord, plateaux central d’Ihosy dans le sud jusqu’à Ivohibe

Forêt dense sèche  et savane boisée ; sol sableux, basaltique ou limoneux à bassa altitude, et dans la région d’Ihosy, sur sol dérivé de gneiss et de migmatites mais aussi en association avec des sols limoneux et de basaltes ; 900 à 1000 m

Vulnérable

Janvier mars

D. suaresensis

Arbre de 6 à 12 m

N de M/car : Région d’Antsiranana

Forêt dense sèche. Sur sol sableux, limoneux, gréseux ; 0 à 500 m

En danger

Decembre janvier

D. trichocarpa

Arbre de 4 à 15 m de long (moins de 20 m)

O de M/car : fréquent à Ambongo, et dans la région de Boina, distribué d’Analalava et d’Antsohihy dans le nord vers Morondava dansa le sud. Ambilobe et Ouest de Sakaraha

Saison seche décidue, Forêt de l’ouest et savane boisée, ou sur des savanes herbacés comme une petite arbre ; sols sableux, limoneux, basaltique, et rocheux ; 0 à 600 m (moins de 1000 m

Moins de risque

Janvier avril

D. tricolor

Arbuste ou arbre de petite taille de 7 à 15m (plus de 2 m)

O et CS de M/car : Firingalava et région du Boina (y compris Ambato Boeni et Maevatanana), sur la haute Bemarivo, près de Miarinarivo, massif d’Isalo, près de Ranohira, la variété breviracemosa dans la région d’Ambalavao et d’Analavelona.

Forêt seche, savane boisée, Forêt sclérophylle. Sol sableux, ou ferralitique dérivé des gneiss ou sur sol fin rocheux

Vulnérable

Septembre novembre

D. tsaratananensis

Arbuste ou arbre de 8 à 10 m

NC de M/car : dans le massif de Tsaratanana, bassin d’Ankaizina.

Forêt humide à feuille persistante ; sol volcanique (basaltique) ; entre 1000 à 1800m

En danger

Septembre decembre

D. tsiandalana

Arbre de petite taille 4 à 6m

O de M/car : Boina, Soalala

Forêt sèche décidue et savane boisée ; sol sableux, basse altitude

En danger

Aout septembre

D. urschii

Arbre décidu de 10 à 12 m

N de M/car : Antsiranana

Forêt sèche décidue ; sol sableux ; basse altitude

En danger

Mai

D. viguieri

Petit arbre de 6 à 12 m

NE de M/car : Vohemar, entre Fanambana et Manambery, près de Daraina, sur le fleuve d’Irodo

Forêt sèche décidue du NE deM/car, et Forêt de transition à la Forêt humide de l’est, le long d’une fleuve ; 0à200m

Vulnérable

Décembre

D. xerophila

Arbuste ou arbre de petite taille de 3 à 4 m

SO de M/car : région de Tuléar, Itambono, Corridor, Manombo, Kilibrengy, baie de Saint Augustin

Savane boisée décidue et xerophytique. Sable rouge ; 0à100m

En danger

Octobre janvier

D. abrahamii

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                                                                                                                                               

Ecologie, distribution, habitat :Ce nom de palissandre désigne plusieurs espèces et variétés réparties dans le monde. Le genre pantropical comprend 130 à 140 espèces. Madagascar comprend 43 espèces, 5 sous espèces et 12 variétés inventoriées par Rabevohitra et Bosser (2001). 42 espèces sont endémiques de Madagascar et seule une espèce qui est le D. bracteolata que partage la Grande Ile avec le continent africain.Parmi les 43 espèces, 22 espèces sont typiques de la partie Ouest et 21 espèces de la partie Est de Madagascar. Les palissandres poussent dans tous les domaines phytogéographiques de Madagascar dans une altitude inférieure à 1200 m.

Conservation :Les palissandres malgaches sont aujourd’hui menacés de raréfaction voire de disparition. Rabevohitra et Bosser (2001) dénombrent 18 espèces rares, 19 espèces menacées et seulement 6 espèces qui ne semblent pas être en danger. Beaucoup d’espèces figurent dans la liste CITES des espèces menacées d’extinction.

Caractéristiques techniques :

Les bois de palissandres sont des bois de qualité

Couleur :

(variable en fonction des spécimens)

Côte Est : couleur brun très foncée à lie de vin

Centre : couleur beige

Cote ouest : Nombreuses variétés et coloris du brun au rose

Dureté :

Côte est : très dur

Centre : dureté moyenne

Cote ouest : dur à très dur

Densité :

0,82 à 1,1

Veine :

Côte est : peu veiné

Centre : peu veiné

Cote ouest : très veiné, avec veinage violacé à rouge noirâtre. Parfois contrasté parfois fondu.

Imprégnabilité :

Mauvaise

Séchage :

Facile

Durabilité :

Très bonne

Point de saturation :

22%

Autres :Ils ont une bonne résistance aux champignons, aux lyctus et aux termites.Le palissandre ne pourrit pas, et ne se pique pas, même en utilisation marine.Non traité, ou non entretenu, il prend une patine argentée et son vernissage (vernis polyuréthane à deux composants) conserve son veinage unique, que l'on ne retrouve pas sur d'autres bois tropicaux précieux.Lorsqu'il vient d'être coupé et pendant son façonnage, son cœur dégage une agréable odeur de rose.(Caractéristiques selon le Centre Technique Forestier Tropical)

Aperçu économique :Les pays exportateurs de palissandre sont principalement l'Inde et le Brésil, mais l'on peut aussi mentionner Madagascar, le Honduras ainsi que d'autres pays d'Amérique centrale (Andrianoelina, 2001).Pour le cas de Madagascar, le marché est dominé par trois destinations principales qui sont dans l’ordre décroissante d’importance : Ile Maurice, Ile de La Réunion, France. L’émergence d’autre marché potentiel de quelques pays comme l’Inde, Afrique du Sud, etc. a fait que la demande ne cesse d’augmenter ces dernières années, une augmentation allant de 160% d’une année à l’autre. Actuellement, Madagascar exporte jusqu’à 2169 t/an sans tenir compte des exploitations illicites de la ressource (Andriambanona, 2002).